ARCHIVES

Actu recherche : altérations des interactions hôte-microbiote intestinal dans la SEP

Des études récentes ont impliqué le microbiome intestinal dans la pathogenèse de la SEP. Cependant, peu d’informations sont disponibles sur les interactions entre le microbiome et le système immunitaire de la personne, l'alimentation et la SEP.

Dans cette étude réalisée durant 6 mois sur 49 personnes (24 personnes atteintes de SEP rémittente non traités et 25 témoins appariés selon l'âge, le sexe et la race), les auteurs ont analysé la composition et la fonction du microbiote intestinal (ensemble des micro-organismes présents dans le système digestif). Afin de déterminer le régime alimentaire habituel des participants à l'étude, un journal alimentaire était rempli.

L’analyse des résultats a montré que certains micro-organismes du microbiote intestinal étaient diminués chez les personnes atteintes de SEP par rapport aux témoins. Par ailleurs, ces diminutions étaient corrélées au degré d'invalidité des personnes malades. Une analyse spécifique a identifié une corrélation potentielle entre la quantité de viande consommée et le taux de certaines cellules pro-inflammatoires. Ainsi, une consommation trop importante de viande entrainerait une baisse de certaines bactéries du microbiote, une augmentation de molécules pro-inflammatoires et potentiellement l’aggravation de certains symptômes.

Ces données sont, bien-entendues, à confirmer chez un plus grand nombre de patients. Toutefois, il est important de se rappeler qu’une alimentation équilibrée est primordiale pour mieux vivre la SEP. 

Cantoni C. et collaborateurs, International. EBioMedicine, Janvier 2022.

Dernière mise à jour : 01/07/2022
Appelée SEP ou multiple sclerosis en anglais, la sclérose en plaques est une maladie neurologique qui détruit la gaine de myéline. Qu’elle soit de forme rémittente (à poussées) ou de forme progressive, il n’existe à ce jour aucun traitement curatif de cette affection. La Fondation ARSEP œuvre depuis 1969 avec ses bénévoles, aux côtés des facultés, de l’INSERM, du CNRS et de différents instituts de recherche médicale, dont l’ICM et Pasteur.