ARCHIVES

ETUDE SEP : Phase secondairement progressive

Phase secondairement progressive et facteurs pronostiques

Les informations issues de la base de données « MS Base » ont été analysées pour déterminer les facteurs influençant la progression du handicap chez les personnes atteintes de Sclérose en Plaques et en phase secondairement progressive.

Les critères d’évaluation étaient la durée de la maladie, la vitesse de progression du handicap et le fait d’atteindre le score de handicap (EDSS) 7, l’EDSS au diagnostic et lors du passage en forme secondairement progressive, le délai de passage en forme secondairement progressive, le taux annualisé de poussées lors de la phase rémittente-récurrente et secondairement progressive, ainsi que les traitements de fond pris durant la phase rémittente et en phase secondairement progressive.

Le nombre de poussées en phase rémittente et les traitements pris durant cette phase n’étaient pas corrélés à la progression du handicap en phase secondairement progressive. Au contraire, les poussées en phase secondairement progressive étaient associées à une progression plus rapide du handicap durant cette phase. De même, les traitements de fond donnés en phase secondairement progressive étaient associés à une moindre progression du handicap ; en analyse de sous-groupe, cette association était retrouvée uniquement chez les patients ayant des poussées surajoutées durant cette phase évolutive. 

Ces données confirment que les traitements de fond donnés en phase rémittente gardent un intérêt en phase secondairement progressive dans le sous-groupe de patients conservant une activité inflammatoire.

D’après Lizak N et collaborateurs, International

 

Dernière mise à jour : 19/01/2021
Appelée SEP ou multiple sclerosis en anglais, la sclérose en plaques est une maladie neurologique qui détruit la gaine de myéline. Qu’elle soit de forme rémittente (à poussées) ou de forme progressive, il n’existe à ce jour aucun traitement curatif de cette affection. La Fondation ARSEP œuvre depuis 1969 avec ses bénévoles, aux côtés des facultés, de l’INSERM, du CNRS et de différents instituts de recherche médicale, dont l’ICM et Pasteur.