ARCHIVES

ETUDE SEP : Troubles de l’éjaculation

L’objectif de cette étude était d’évaluer les troubles de l’éjaculation au cours de la sclérose en plaques (SEP).

L’étude française a été menée chez 44 hommes âgés en moyenne de 46 ans et ayant un score de handicap (EDSS) moyen de 5.
Les troubles de l’éjaculation étaient présents chez 28 des 44 patients inclus, soit chez 64 % des hommes atteints de SEP. Ces disfonctionnements de l’éjaculation étaient représentés par un trouble de l’orgasme (59% des cas), un retard d’éjaculation (52% des cas), une diminution de la puissance d’éjaculation (59% des cas), une diminution du volume de l’éjaculat (55% des cas), une diminution de la fréquence d’éjaculation (41% des cas), des douleurs à l’éjaculation (34% des cas) et une anéjaculation (absence d’éjaculation dans 25% des cas).
Une éjaculation prématurée a été observée chez 32% hommes. Les troubles de l’éjaculation étaient corrélés aux troubles de l’érection mais n’étaient pas corrélés aux troubles vésico-sphinctériens ou anorectaux.

Une étude plus large est cependant nécessaire pour confirmer les résultats obtenus.

Blum C et collaborateurs, France. Progrès en urologie, Juillet 2019

 

Dernière mise à jour : 19/01/2021
Appelée SEP ou multiple sclerosis en anglais, la sclérose en plaques est une maladie neurologique qui détruit la gaine de myéline. Qu’elle soit de forme rémittente (à poussées) ou de forme progressive, il n’existe à ce jour aucun traitement curatif de cette affection. La Fondation ARSEP œuvre depuis 1969 avec ses bénévoles, aux côtés des facultés, de l’INSERM, du CNRS et de différents instituts de recherche médicale, dont l’ICM et Pasteur.