Actualité

COVID-19 - recommandations MSIF du 13 janvier 2021

Conseils concernant les traitements de fond de la SEP 

De nombreux traitements de fond pour la SEP agissent en supprimant ou en modifiant le système immunitaire. Certains médicaments peuvent augmenter la probabilité de développer des complications du COVID-19, mais ce risque doit être comparé avec les risques encourus en cas d'arrêt ou de retard du traitement.

Nous recommandons aux personnes atteintes de SEP qui prennent actuellement des traitements de fond de poursuivre leur traitement, sauf indication contraire de leur neurologue traitant.
Les personnes qui développent des symptômes du COVID-19 ou dont le test est positif pour l'infection doivent discuter de leurs traitements avec leur neurologue.

Vaccins à ARNm COVID-19 (Pfizer-BioNTech et Moderna) et Sclérose en Plaques

Nos recommandations concernent actuellement uniquement les vaccins ARNm (Pfizer-BioNTech et Moderna), car ils ont été évalués par nos experts cliniques et scientifiques. Nous savons que d'autres vaccins COVID-19 sont utilisés dans différents pays et notre objectif est de mettre à jour nos conseils afin de répondre le plus rapidement possible concernant ces vaccins.

Les vaccins à ARNm fonctionnent en utilisant une partie du code génétique du coronavirus pour provoquer une réponse du système immunitaire humain, qui à son tour générera une réponse pour produire des anticorps et des cellules T (une population spéciale de globules blancs) pour lutter contre le virus. Toutes les données concernant ces vaccins à ARNm COVID-19 proviennent d'essais cliniques, qui ont été soigneusement et minutieusement examinés puis approuvés par les autorités réglementaires.
Nous ne savons pas combien de personnes avaient la SEP parmi celles qui ont participé aux essais cliniques sur les vaccins à ARNm. De ce fait, les données sur l'innocuité et l'efficacité des vaccins à ARNm COVID-19 spécifiquement pour les personnes atteintes de SEP ne sont pas encore disponibles. Nos conseils sont donc basés sur les données de la population générale dans les essais cliniques sur les vaccins et guidés par l'expérience antérieure concernant la vaccination des personnes atteintes de SEP. Nous mettrons à jour nos conseils à mesure que de nouvelles données émergeront.

Les personnes atteintes de SEP devraient se faire vacciner contre le COVID-19

Les résultats scientifiques nous ont montré que les vaccins à ARNm COVID-19 (Pfizer-BioNTech et Moderna) sont sûrs et efficaces. À l'instar des autres décisions médicales, celle de se faire vacciner doit être prise en partenariat avec votre professionnel de santé. Vous devriez recevoir le vaccin ARNm (Pfizer-BioNTech ou Moderna) si et dès qu'il est disponible.
Les risques de la maladie COVID-19 l'emportent sur tous les risques potentiels du vaccin. En outre, les membres d’un même foyer et les contacts étroits devraient également recevoir un vaccin ARNm (Pfizer-BioNTech ou Moderna) lorsqu'il est disponible pour réduire l'impact du virus.

Les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna COVID-19 nécessitent deux doses. Vous devez recevoir les deux doses pour qu'il soit pleinement efficace. Vous devez suivre les directives locales, régionales et nationales sur le moment de la deuxième dose. Si vous avez eu la COVID-19 et que vous vous êtes rétabli, vous devriez également recevoir le vaccin car il ne semble pas qu'une infection antérieure protège indéfiniment d'une infection future au COVID-19.
Notez qu'après une vaccination complète (les deux doses), cela peut prendre 
jusqu'à trois semaines pour atteindre l'immunité maximale.

Nous ne savons pas combien de temps une personne vaccinée est protégée contre la COVID-19, bien que les données des essais cliniques indiquent que la protection est très élevée (c'est-à-dire que les personnes vaccinées ont un risque très faible, inférieur à 5%, d'avoir des symptômes du COVID-19 si elles sont exposées au virus) pendant au moins plusieurs mois. Des doses répétées des vaccins COVID-19 pourraient être nécessaires dans les années à venir.

Les vaccins à ARNm (Pfizer-BioNTech et Moderna) sont sans danger pour les personnes atteintes de SEP.
Les vaccins à ARNm (Pfizer-BioNTech et Moderna) ne contiennent pas de virus vivant et ne causeront pas de maladie COVID-19. Les vaccins à ARNm (Pfizer-BioNTech et Moderna) ne sont pas susceptibles de déclencher une poussée de SEP ou d'aggraver vos symptômes chroniques. Le risque de contracter le COVID-19 l'emporte de loin sur tout risque de poussée suite au vaccin.
Les vaccins à ARNm (Pfizer-BioNTech et Moderna) peuvent provoquer des effets secondaires, notamment de la fièvre ou de la fatigue. Une fièvre peut aggraver temporairement vos symptômes de SEP, mais ils devraient revenir au niveau précédent après la disparition de la fièvre.
Même si vous ressentez des effets secondaires à partir de la première dose, il est important de recevoir la deuxième dose du vaccin pour qu'il soit pleinement efficace.

Les vaccins à ARNm COVID-19 (Pfizer-BioNTech et Moderna) sont sûrs à utiliser avec les traitements de fond
Continuez votre traitement de fond à moins que votre neurologue ne vous conseille de l'arrêter ou de le retarder. L'arrêt brutal de certains traitements peut entraîner une aggravation importante de la maladie. Sur la base de données d'études antérieures sur d'autres vaccins et les traitements de fond, recevoir les vaccins ARNm (Pfizer-BioNTech ou Moderna) tout en prenant n'importe quel traitement de fond est sans danger. Certains traitements de fond peuvent rendre le vaccin moins efficace, mais il fournira quand même une certaine protection.
Pour les patients qui prennent ofatumumab, alemtuzumab, cladribine, ocrelizumab ou rituximab - vous devrez peut-être coordonner le moment de votre vaccin avec le moment de votre dose de traitement. Discutez avec votre neurologue pour déterminer le meilleur moment pour vous.

 

 

Recommandations complètes du 13 janvier 2021
à télécharger au format PDF.

Dernière mise à jour : 19/01/2021
Appelée SEP ou multiple sclerosis en anglais, la sclérose en plaques est une maladie neurologique qui détruit la gaine de myéline. Qu’elle soit de forme rémittente (à poussées) ou de forme progressive, il n’existe à ce jour aucun traitement curatif de cette affection. La Fondation ARSEP œuvre depuis 1969 avec ses bénévoles, aux côtés des facultés, de l’INSERM, du CNRS et de différents instituts de recherche médicale, dont l’ICM et Pasteur.