Actualité

Covid-19 SEP et NMO recommandations et conseils du 1er octobre 2020

Conseils à propos de la Covid-19 pour les personnes atteintes de SEP, NMO et autres pathologies démyélinisantes.


À la suite de la session « Spécial Covid-19 » du congrès ACTRIMS – ECTRIMS 2020 qui s’est tenue le 26 septembre 2020, des informations importantes ont été communiquées. Vous trouverez en bas de page, dans le document PDF, les nouvelles recommandations, suivies d’un compte-rendu de la session.


Ce qu’il faut retenir :

  • La SEP ne représente pas en elle-même un risque de développer une forme sévère de Covid-19 mais l’âge avancé, le handicap important et les facteurs de risques associés (pathologies cardiaques, diabète, obésité) sont associés à des formes plus sévères de COVID-19 ;
  • Les immunomodulateurs semblent montrer une tendance à la protection vis-à-vis d’un Covid sévère (cf Etude C. Louapre –«  Données issues du registre français ») ;
  • Les anti-CD-20 pourraient augmenter le risque de développer une forme sévère de Covid-19, mais sans augmentation du risque de décès (cf études S. Simpson-Yap et E. Hughes – « Données issues du registre international » et « Données issues de la pharmacovigilance de l’ocrélizumab »). 

Si vous prenez un anti-CD20 (ocrélizumab ou rituximab) :

  • Vous devez respecter au maximum les gestes barrière (masque, distanciation sociale, lavage des mains) ;
  • Le rapport bénéfice / risque de la poursuite du traitement par anti-CD20 sera réévalué lors de la prochaine hospitalisation.

Mais vous ne devez en aucun cas interrompre votre traitement sans un avis médical.
La poursuite du traitement par antiCD20 doit être évaluée au niveau individuel.

 

Vous pouvez télécharger le document PDF complet

Dernière mise à jour : 26/11/2020
Appelée SEP ou multiple sclerosis en anglais, la sclérose en plaques est une maladie neurologique qui détruit la gaine de myéline. Qu’elle soit de forme rémittente (à poussées) ou de forme progressive, il n’existe à ce jour aucun traitement curatif de cette affection. La Fondation ARSEP œuvre depuis 1969 avec ses bénévoles, aux côtés des facultés, de l’INSERM, du CNRS et de différents instituts de recherche médicale, dont l’ICM et Pasteur.