ARCHIVES

Etudes SEP

Risque de cancer dans la SEP

L’objectif de cette étude était d’évaluer le risque de cancer chez les personnes atteintes de sclérose en plaques. Pour cela, les auteurs ont analysé les articles publiés dans différentes banques de données. 

Sur les 264 articles analysés, 5 répondaient aux critères définis. Deux études ont fourni la prévalence (nombre de cas à un moment donné) de différents cancers. Ainsi, la prévalence du cancer du sein et du système digestif était de 2%. La prévalence du cancer de la peau était de 1%.

L’analyse de ces résultats montre que le risque de cancer chez les personnes atteintes de sclérose en plaques n’est pas augmenté par rapport à celui de la population générale. Néanmoins, le nombre d’articles analysé est faible et ne permet pas de conclure sur l’ensemble des cancers.

M Ghajarzadeh et collaborateurs, Iran. Autoimmun Rev, Octobre 2020.

 


 

Facteurs associés aux poussées de SEP

Dans la sclérose en plaques (SEP) rémittente, l'objectif thérapeutique est de réduire le nombre de poussées. Identifier les facteurs associés aux poussées pourrait aider à les gérer et à les prévenir.
Plusieurs études ont recherché ces facteurs, mais les résultats sont souvent divergents. 
Dans ce travail, les auteurs ont analysé les différentes publications sur le sujet afin de résumer les facteurs associés aux poussées dans la sclérose en plaques rémittente (SEP-RR).

Après recherche des articles dans différentes bases de données et validation des critères à l’aide de différentes méthodes, les auteurs ont inclus 43 articles.

Les infections et la période du post-partum étaient les facteurs qui augmentaient le risque de poussées. La grossesse, quant à elle, est un facteur de « protection » vis-à-vis des poussées. Par ailleurs, bien que basées sur des données hétérogènes et des échantillons plus petits, les analyses semblent indiquer que le stress et la vitamine D seraient des facteurs qui interviendraient sur le risque de poussées.

Cette analyse souligne la difficulté de mettre en avant des facteurs de risque dans la survenue des poussées.

Y. Xie et collaborateurs, Chine. Medicine (Baltimore), Juillet 2020

 


 

Impact des régimes dans la SEP

L’impact des régimes alimentaires sur l’évolution de la SEP suscite un intérêt considérable. Dans cette analyse, les auteurs ont voulu évaluer les effets des régimes alimentaires sur la sclérose en plaques.
Pour cela, ils ont analysé les données publiées ou non et les informations recueillies dans les bases de données. Ils ont inclus dans leur analyse les essais contrôlés randomisés, les essais cliniques contrôlés en examinant l'effet d'un régime alimentaire sur les poussées, la progression du handicap et les mesures d'imagerie (IRM).

Les données obtenues sont basées sur 30 essais. Les participants aux essais étaient des adultes atteints de SEP, suivis dans des centres hospitaliers dédiés à la sclérose en plaques en Europe, en Amérique du Nord et au Moyen-Orient. Ainsi :

  • 11 essais analysaient la supplémentation en acides gras polyinsaturés,
  • 10 essais la supplémentation en antioxydants,
  • 3 essais étudiaient des programmes diététiques et
  • 6 essais l’utilisation de compléments alimentaires.

Dans les essais comparant les acides gras polyinsaturés aux acides gras monoinsaturés, les données ne mettaient pas en évidence de différence sur la survenue des poussées et la progression du handicap. Trois essais ont comparé les oméga-3 et les oméga-6, sans mettre en évidence de différence dans la progression du handicap ni dans le nombre de nouvelles lésions. De même, les essais examinant la supplémentation en antioxydants n’ont pas montré de différence dans la survenue des poussées, la progression du handicap ou le nombre de nouvelles lésions en comparaison avec le placebo. Aucun essai n’a montré d’effets indésirables graves.

En conclusion, tous les essais cliniques portant sur les régimes alimentaires ne fournissent pas de preuves évidentes de leurs effets sur le taux de poussées, l'aggravation du handicap ou l'état clinique global des personnes atteintes de SEP.

NE Parks et collaborateurs, Canada, Italie, Etats-Unis. Cochrane Datebase Syst Rev, Mai 2020

Dernière mise à jour : 26/10/2021
Appelée SEP ou multiple sclerosis en anglais, la sclérose en plaques est une maladie neurologique qui détruit la gaine de myéline. Qu’elle soit de forme rémittente (à poussées) ou de forme progressive, il n’existe à ce jour aucun traitement curatif de cette affection. La Fondation ARSEP œuvre depuis 1969 avec ses bénévoles, aux côtés des facultés, de l’INSERM, du CNRS et de différents instituts de recherche médicale, dont l’ICM et Pasteur.