Actualité

Route du Rhum - Thibaut Vauchel-Camus : des nouvelles rassurantes

Thibaut, sain et sauf après son chavirage au large du Portugal et des Açores

Alors qu'il était en tête du classement provisoire de la catégorie Ocean Fifty (trimaran de 15m) Thibaut Vauchel-Camus a chaviré samedi 12 novembre vers 20h. C'est un coup de vent court dans la durée mais d'une violence inouïe qui a secoué la quasi-totalité de la flotte et notamment provoqué le chavirage.
Thibaut a passé la nuit dans la coque centrale de son trimaran "Solidaires en Peloton-ARSEP" en attendant d'être pris en charge par Adrien Hardy dans son bateau de secours, le Merida. Ce dernier est arrivé sur la zone dans la nuit de samedi à dimanche et a pu secourir Thibaut une fois le jour levé.
Tout s'est bien déroulé : le skipper est à l'abri et son bateau est remorqué vers l'Archipel des Açores.

Les premiers mots de Thibaut :

A bord du Merida qui l'a secouru hier, Thibaut nous envoie ces quelques nouvelles :

" Salut et merci, 
Désolé de ne pas avoir donné de nouvelles plus tôt, nous avons eu quelques soucis de connexion hier et c’était une journée… bien remplie ! 
L’opération de redressement de Solidaires En Peloton ARSEP est un sacré dossier et a été particulièrement bien mené par toute l’équipe. L’état du bateau est… pas pire… Le mât et la bôme sont brisés et la casquette arrachée au-dessus de la descente. J’ai pu sauver une partie de l’électronique et le système de barre fonctionne encore malgré une des deux barres arrachée. Nous devrions arriver demain matin à Punta Delgada, sur l’île de Sao Miguel. 
Je tiens à vous rassurer sur le fait que je n’ai jamais été en danger, j’étais à l’abri, presque au sec, avec à boire et à manger.
Hâte de vous retrouver et de remercier tout le monde !
A très vite ! "

 
Dernière mise à jour : 02/12/2022
Appelée SEP ou multiple sclerosis en anglais, la sclérose en plaques est une maladie neurologique qui détruit la gaine de myéline. Qu’elle soit de forme rémittente (à poussées) ou de forme progressive, il n’existe à ce jour aucun traitement curatif de cette affection. La Fondation ARSEP œuvre depuis 1969 avec ses bénévoles, aux côtés des facultés, de l’INSERM, du CNRS et de différents instituts de recherche médicale, dont l’ICM et Pasteur.