ARCHIVES

Lucas Pham Van prix scientifique ARSEP 2021

Interview de Lucas PHAM-VAN – Lauréat du Prix du meilleur poster lors du Congrès scientifique 2021.

 

Lucas Pham Van MS meeting ARSEP prize 2021 Pouvez-vous vous présenter en quelques phrases ?

Lucas Pham-Van, jeune chercheur doctorant en 4e année. Je travaille dans l’unité Inserm U1119 à Illkirch sous la direction de Dominique Bagnard. Je suis passionné par la plasticité cérébrale, cette capacité du cerveau à se remodeler en fonction de l’environnement et de l’expérience.
J’étudie ce phénomène dans le contexte pathologique de la sclérose en plaques pour comprendre quels sont les freins qui empêchent le cerveau de se réparer.
Mon objectif de chercheur est de pouvoir améliorer le quotidien des patients en proposant de nouveaux traitements qui ciblent ses freins et favorisent la régénération cérébrale.

 

Comment résumeriez-vous votre projet en quelques phrases ?

Dans la sclérose en plaques, la myéline qui protège les neurones est détruite et l’accumulation de molécules comme NogoA empêche sa régénération. Mon projet propose de stimuler la régénération de la myéline pour limiter les déficits grâce à de nouveaux composés appelés peptides interférents. Ces peptides bloquent l’action inhibitrice de NogoA sur les oligodendrocytes et permettent ainsi de réparer la gaine de myéline.
Nous avons décidé de cibler TROY et AMIGO3, deux récepteurs de NogoA. Dans un test de migration d’oligodendrocytes, les deux peptides ont permis de rétablir la migration des cellules malgré la présence de l’inhibiteur NogoA. Cet effet passe par le blocage de la protéine RhoA impliquée dans l’effet de la remyélinisation. Enfin, dans un modèle murin de sclérose en plaques, l’utilisation du peptide ciblant TROY a permis d’accélérer la récupération tandis que le peptide ciblant AMIGO3 a permis de diminuer la sévérité des symptômes chez les souris.



Quel(s) impact(s) votre projet aura/auront pour les personnes touchées par la maladie ? Dans combien de temps ?

Les traitements pro-remyélinisant seront la prochaine ligne de défense dans ce combat contre la sclérose en plaques. Nous voulons améliorer le quotidien des patients en accélérant la récupération entre deux poussées pour empêcher l’accumulation de déficits.

 

Vous avez reçu le prix de la meilleure communication orale courte, que représente pour vous ce prix ?

Ce prix récompense le travail personnel, mais c'est avant tout une réussite collective au sein du laboratoire. Bien sûr il reste encore beaucoup à faire pour atteindre l’objectif d’un nouveau médicament remyélinisant, mais je suis très heureux d’avoir pu présenter ce travail au congrès de la Fondation ARSEP et les échanges que nous avons eu permettront de renforcer le projet.

 

Quel(s) message(s) voudriez-vous transmettre aux patients, proches, donateurs ?

Un grand merci pour votre confiance ! Le soutien apporté renforce plus que jamais ma détermination à faire avancer la recherche de nouveaux médicaments pour la sclérose en plaques.

Dernière mise à jour : 26/10/2021
Appelée SEP ou multiple sclerosis en anglais, la sclérose en plaques est une maladie neurologique qui détruit la gaine de myéline. Qu’elle soit de forme rémittente (à poussées) ou de forme progressive, il n’existe à ce jour aucun traitement curatif de cette affection. La Fondation ARSEP œuvre depuis 1969 avec ses bénévoles, aux côtés des facultés, de l’INSERM, du CNRS et de différents instituts de recherche médicale, dont l’ICM et Pasteur.