Actualité

ETUDE : Travail et absentéisme chez les personnes SEP

01/02/2017

Pour cette étude, 5 173 personnes atteintes de SEP et âgées de 18 à 65 ans ont rempli un questionnaire. Parmi elles, 344 avaient débuté avec la forme primaire progressive de la maladie et 4 829 avec la forme rémittente (certaines ayant évolué en secondairement progressive).
Le groupe des formes rémittentes comprenait 83.1% de femmes alors que celui des formes primaires progressives était constitué de 62.5% de femmes. Le handicap y était également plus important. Par ailleurs, l'âge du diagnostic et l'âge moyen au moment de l'étude étaient plus élevés dans les formes primaires progressives.

Concernant l'emploi, 43.2% (29.8% à temps plein et 13.4% à temps partiel) des personnes ayant une forme rémittente travaillaient contre 18.1% (10.1% à temps plein et 8% à temps partiel) des personnes ayant la forme primaire progressive. Plusieurs facteurs ont été associés au fait de ne pas travailler : un âge plus avancé, le sexe féminin, un âge plus jeune au diagnostic, une atteinte cognitive, une fatigue importante, une altération de la fonction motrice notamment au niveau des mains, un plus grand handicap. Le niveau d'incapacité était fortement associé au statut d'emploi.

Concernant l'absentéisme, les auteurs n'ont pas observé de différence entre les 2 groupes, mais la fréquence des absences augmente avec le score de handicap.

Salter A et collaborateurs, Etats-Unis & Canada. J Med Econ. Janvier 2017

Dernière mise à jour : 21/02/2017
Appelée SEP ou multiple sclerosis en anglais, la sclérose en plaques est une maladie neurologique qui détruit la gaine de myéline. Qu’elle soit de forme rémittente (à poussées) ou de forme progressive, il n’existe à ce jour aucun traitement curatif de cette affection. La Fondation ARSEP œuvre depuis 1969 avec ses bénévoles, aux côtés des facultés, de l’INSERM, du CNRS et de différents instituts de recherche médicale, dont l’ICM et Pasteur.