Actualité

ETUDE SEP : Déficit cognitif : analyse des facteurs de risque liés à l'environnement et au mode de vie

L’objectif de cette étude italienne était d’évaluer les facteurs de risque d’une atteinte cognitive chez les personnes atteintes de sclérose en plaques, en analysant les expositions à l’environnement, le mode de vie et les autres affections.

L’analyse a porté sur 150 personnes suivies dans 2 centres hospitaliers différents durant la période 2014 – 2017. Les performances neuropsychologiques ont été évaluées à l’aide de 2 tests spécifiques et les facteurs de risque potentiels à l'aide d'un questionnaire semi-structuré.
Une atteinte cognitive a été détectée chez 45 personnes (30%) et était associé à l’âge, à un âge plus avancé au moment du diagnostic, à un score de handicap (EDSS) plus élevé et à une évolution progressive de la maladie. Concernant les facteurs de risque, l'atteinte cognitive était associée à une activité physique plus faible durant l’enfance et l’adolescence.

Ainsi, les résultats suggèrent que l'activité physique dans l'enfance et l’adolescence pourrait contribuer à la constitution de réserves cognitives, représentant de ce fait un facteur protecteur potentiel vis-à-vis de l’atteinte cognitive liée à la SEP.

MP Amato et collaborateurs, Italie. PLoS One, Octobre 2019

Dernière mise à jour : 12/12/2019
Appelée SEP ou multiple sclerosis en anglais, la sclérose en plaques est une maladie neurologique qui détruit la gaine de myéline. Qu’elle soit de forme rémittente (à poussées) ou de forme progressive, il n’existe à ce jour aucun traitement curatif de cette affection. La Fondation ARSEP œuvre depuis 1969 avec ses bénévoles, aux côtés des facultés, de l’INSERM, du CNRS et de différents instituts de recherche médicale, dont l’ICM et Pasteur.