Actualité

ETUDE SEP : Greffe de cellules souches

Greffe de cellules souches hématopoïétiques : Essai clinique de phase II

La transplantation de cellules souches hématopoïétiques autologues (AHSCT) a été explorée comme une intervention thérapeutique dans la sclérose en plaques (SEP) au cours des deux dernières décennies. Cependant, les essais cliniques sont limités et la sélection des patients, le schéma chimiothérapeutique optimal ainsi que les modifications immunologiques associées à la réponse à la maladie nécessitent une exploration continue.

Dans cette étude de phase II, les auteurs ont analysé la sécurité et la reconstitution immunitaire des greffes autologues sous traitement chimiothérapeutique chez des personnes atteintes de SEP active rémittente récurrente et secondairement progressive. Ces personnes étaient également réfractaires aux traitements immunosupresseurs classiques.
Cette étude monocentrique a été réalisée chez 35 personnes (20 SEP rémittente récurrente, 15 SEP secondairement progressive) avec un suivi médian de 36 mois.
La médiane des scores EDSS (score de handicap) était de 6 et la médiane des traitements de fonds testés était de 4.
Aucune poussée clinique ou radiologique et aucune progression du handicap à 3 ans n’ont été observées chez 60% des malades (70% pour la SEP rémittente récurrente).
Une amélioration de l'EDSS a été observée chez 15 (44%) des patients.
Aucune mortalité liée au traitement n’a été observée.

Les auteurs concluent que leur approche de transplantation de cellules souches hématopoïétiques autologues a des résultats significativement plus élevés qu’avec les autres traitements immunosuppresseurs à haute efficacité.

Moore JJ et collaborateurs, Australie.
J neurol Neurosurg Psychiatry, Décembre 2018

 

Dernière mise à jour : 24/05/2019
Appelée SEP ou multiple sclerosis en anglais, la sclérose en plaques est une maladie neurologique qui détruit la gaine de myéline. Qu’elle soit de forme rémittente (à poussées) ou de forme progressive, il n’existe à ce jour aucun traitement curatif de cette affection. La Fondation ARSEP œuvre depuis 1969 avec ses bénévoles, aux côtés des facultés, de l’INSERM, du CNRS et de différents instituts de recherche médicale, dont l’ICM et Pasteur.